La Bohème de Puccini

Opéra National de Montpellier. Decembre 2012. Assistante aux costumes. Mise en scène Jean-Paul Scarpitta.




***********************************************************************


La Petite Renarde Rusée de Janacek.

Opéra National de Montpellier. Mai 2012. Réalisation d'accessoires. Mise en scène: Marie-Eve Signerolles.








***********************************************************************

Manon Lescaut de Puccini. 

Opéra National de Montpellier. Juin 2011. Assistante aux costumes. Mise en scène: Jean-Paul Scarpitta.





















Coiffes de Gregoria Reccio.



      






***********************************************************************


Didon et Enée

 Opéra National de Dijon. Mai 2011. Assistante aux costumes. Mise en scène : Lilo Baur.








****************************************************************************************


La Princesse de Trébizonde

Compagnie Les Tréteaux Lyriques. Création des costumes. 
Réalisation en partenariat avec l'école La Source de Nogent s/Marne.  Mise en scène Rémi Préchac. 
Joué au Trianon de Nov 2009 à Janvier 2010.
J'ai été félicitée par le petit-fils d'Offenbach en personne pour ce travail !






















Paris, Théâtre Le Trianon, 25 novembre 2009

 

Votre cire est trop bonne…


  

Créée en 1869 avec grand succès, entre La Périchole et Les Brigands, cette Princesse est tout imprégnée de ces deux autres œuvres, nombre d’airs et d’ensembles en sont des adaptations directes, et La Belle Hélène n’est pas loin non plus. Et bien sûr, comme souvent chez Offenbach, on pense aussi à La Vie Parisienne (« Tourne, tourne, tourne en rapide tourbillon, tourne, tourne, tourne comme un léger papillon… »), et la poupée des Contes est annoncée (« Elle a des ressorts, elle tourne des yeux, elle vous dit papa-maman si gentiment… »). On y retrouve des airs irrésistibles (« J’ai cassé le nez de la Princesse », « Ah, j’ai mal aux dents… »).

 

L’histoire est assez compliquée, mais si l’on veut la raconter en deux mots, disons que dans une foire, l’une des filles du chef des saltimbanques casse le nez de la Princesse de Trébizonde, une statue de cire qui constitue l’attraction principale de leur musée de cire forain, et elle décide de prendre sa place. Le fils d’un prince qui passe par là tombe amoureux d’elle. Parallèlement, les gens de la balle gagnent un château à la loterie, et les deux grandes familles, celle des saltimbanques et celle du prince, vont s’y retrouver pour des échanges aussi multiples que variés.

                                                                         (…)

Les costumes de Véronique Boisel vont du drolatiques au délirant et sont tous individuellement extraordinaires, avec leurs formes et leurs couleurs improbables (les désopilantes sœurs siamoises aux cheveux aussi rouge-carotte que leur robe inspirée des Ménines, la femme-serpent, les chapeaux...), et même si l’on peut regretter un ensemble un peu trop disparate et manquant d’unité, ne boudons pas notre plaisir, une fois qu’on est entré dans le jeu, c’est un régal d’y découvrir mille détails amusants.

 

Jean-Marcel Humbert

Forum Opera

 

 

 

************************************************************************************


La Périchole

Compagnie du Groupe Lyrique. Création et réalisation des costumes. Mise en scène Rémi Préchac. 

primptemps 2010.








Retour à l'accueil